> Histoire et patrimoine > Patrimoine


Document à télécharger : Lumbin, souvenirs et patrimoine - Le Saule Coutume Dauphinoise (Louise Drevet)

Le Petit Lumbin

Le hameau du Petit Lumbin est le hameau le plus ancien de la commune. Il est mentionné depuis le XIVème siècle et possédait une maison forte au XVème siècle appartenant à un noble du nom de A. De Berlion. Cette maison forte devint par la suite une gentilhommière qui a été reconstruite et qui a subi des remaniements au fil des âges.



VIGNELes vignes

Autrefois, les vignes de Lumbin, qui se trouvaient sur un plan incliné au-dessus de la route, se distinguaient par leur précocité et la bonne qualité de leurs produits. Le vin de Lumbin avait la réputation de pouvoir être bu au sortir du tonneau. Il était l’un des plus appréciés et des plus chers de la vallée du Grésivaudan. C’est toujours par la commune de Lumbin que l’on commençait les vendanges. Les plantations de mûriers étaient également abondantes. Vers la fin du 19ème siècle, le village de Lumbin fut le premier et le plus sévèrement touché par le phylloxera.



Le tramwaytraway lumbin

De tout temps il y eut une voie carrossable sur la rive droite de l’Isère. Autrefois, cette voie portait le nom de route impériale, puis royale N109, puis nationale N90. La batellerie sur l’Isère permettait également le transport de marchandises volumineuses. Avant la construction des chemins de fer desservant la Savoie, il existait à Lumbin un très important relais de poste aux chevaux avec hôtellerie, destiné aux voyageurs. Il subsista jusqu’à la construction de la ligne de tramway Grenoble – Chapareillan, inaugurée en 1900, avec station à Lumbin et deux haltes à Montfort et au Carre. Progrès oblige, la compagnie fut dissoute en 1931 et rachetée par les autocars VFD, plus mobiles et plus rapides. La ligne a disparu en 1936. Plus tard, une autoroute fut construite en prévision des Jeux Olympiques d’Hiver, qui eurent lieu en 1968, à Grenoble. 



place de l'égliseL’église

La paroisse Sainte Marie-Madeleine de Lumbin existait déjà au XIIIème siècle. Une chapelle avait été fondée par un noble du nom de Michel Cassard. Parce que l’église menaçait ruine, l’évêque de Grenoble y jeta l’interdit en 1838 en raison du danger qu’elle faisait courir aux fidèles. De ce fait, l’église ancienne a été démolie et les matériaux réemployés pour la reconstruction d’un nouvel édifice, sauf le clocher qui fut surélevé. La reconstruction fut terminée en 1842. Les vitraux ont été exécutés entre 1930 et 1956 par Balmet, père et fils, une horloge fut posée en 1912 par Armand Paulin de Grenoble et les dessins de la façade sont l’œuvre de Eugène Marie Péronnet, né à Grenoble en 1807 et architecte renommé dans la région.



lavoir

Le bassin lavoir

En 1883, une somme fut léguée à la commune par Madame Solary « Pour établir un petit toit sur un des côtés de la Grande fontaine destiné à abriter les femmes qui lavent la lessive ». Les travaux furent achevés en 1888 avec toit, bassin en pierres de taille et plan incliné pour le lavage du linge. Plus tard, de très vieilles pierres furent offertes par Wladimir Cristea, pour embellir le bassin. Wladimir était un ancien légionnaire, qui est venu s’installer à Lumbin après la guerre d’Indochine. Il devint porte drapeau lors des cérémonies officielles. Ce personnage aimé et estimé par tous nous a quittés en 2005.